jeudi 1 août 2013

Posted by Berry Goblinfly Posted on 01:19 | No comments

Faire une Crochet To Do List

Depuis que je suis sur internet, j'ai accumulé une base de donnée de modèles gargantuesque et nombreux sont ceux que j'ai très envie de réaliser pour mes proches ou pour moi. Adepte des conseils de Dominique Loreau dont les livres me nourrissent chaque jour l'esprit et le corps, je me suis dit qu'il était grand temps de faire une liste de tous ces merveilleux modèles qui n'attendent qu'à être crochetés.
Ma passion pour le Japon m'a menée à commencer cette liste en passant en revue tous les modèles japonais dont je dispose. Je n'en suis qu'au début mais je vais essayer d'en mettre un peu chaque jour.
Pour faire cette Crochet To Do List, j'ai choisi d'utiliser Google+ par facilité puisque j'utilise le logiciel Picasa) mais vous pouvez faire la votre sur Evernote, Ravelry, Flikr, Facebook, etc...
Voici le ClicLien pour la visionner si vous voulez avoir un petit aperçu de mon addiction pour le crochet ou juste trouver une idée de projet.
Sur ce, je retourne à ma caverne d'Ali BaBa, le crochet à la main, prêt à sauter sur le premier fil venu.

J'ai mis en légende soit l'origine du modèle, soit un code pour que je puisse retrouver l'origine du modèle en question, donc si vous voyez un modèle qui vous plait, il suffit de m'envoyer un petit mail.

Bon crochet mes chères Fées ♥♥♥

mercredi 24 juillet 2013

Posted by Berry Goblinfly Posted on 14:25 | No comments

Modèles à la Fourche ou Hairpin Lace

Me voilà de retour chez mon fidèle Blogger, j'ai quitté Wordpress et je vous explique les détails de ce départ sur mon autre blog: VivonsLibres.

J'ai redécouvert les joie du crochet à la fourche (Hairpin en anglais et Hairpin Lace pour la dentelle à la fourche) lorsque ma fille m'a hurlé: "Maman, Eddy porte un truc de fille" et que je me suis rendu compte qu'il portait une sorte de poncho d'étole réalisée à la fourche. Oui, je sais, c'est pas joli, joli de prendre Secret Story pour référence mais je suis imbattable pour repérer ce qui est fait en crochet à la télé. Vous voyez le chien dans le film d'animation "Là Haut" qui dit "Écureuil" dès qu'il entend un bruit suspect, et bien moi je fais la même chose dès que je vois du crochet sur mon écran de télévision et je dis "Crochet" même si j'étais en train de parler de tout autre chose. J'ai donc cherché des modèles un peu modernes et je suis tombé sur ceux du dernier Keito Dama (magazine de tricot et crochet japonais et un de mes préférés avec Rich More), le numéro 158 été 2013, voyez plutôt:



Du coup je vais créer une page qui regroupera tous les modèles à la fourche et leur source.
Pour le choix de la fourche, moi j'utilise la même que celle des magazines japonais: la Clover Japan
Elle a le gros avantage d'avoir une troisième tige centrale et des chas pour passer un fil de repère, ce qui facilite grandement le comptage des boucles et je précise que je n'ai aucun lien d'affiliation avec le site Jeu de Mailles, mais il présente ce produit dans une petite vidéo des plus utiles et je vous promet que les seuls liens d'affiliation que je mets sont ceux dirigés vers Amazon, pour les produits je préfère garder mon impartialité.

Ceci dit, vous pouvez aussi vous bricoler une fourche en suivant les instructions du site Artisanat pour tous.
 Une petite astuce au passage: une fois une bande de boucles réalisée, je la maintient sur un crochet tunisien pour le futur assemblage.
Allez, zou, je retourne à ma petite fourche...

samedi 25 mai 2013

Posted by Berry Goblinfly Posted on 01:42 | 4 comments

Modèle type au crochet et déménagement


Mes très chères fées et elfes,

Comme vous m'avez manqué!
Je sais, je sais, c'est de ma faute mais j'ai plein de choses à vous raconter et à vous confier surtout (mais faut que ça reste entre nous, d'accord?).
Je m'étais lancée à corps perdu dans mon activité de traduction pour la seule et unique raison de devenir indépendante financièrement, ce qui n'est pas une mince affaire quand on a quatre enfants à la maison.
J'ai donc traduit, et encore traduit, et toujours traduit, j'ai passé des soirées et des nuits collée devant mon écran. Je me suis dit que je ferai du crochet la journée et que je travaillerai le soir. Mais dans le domaine de la traduction, les places sont chères et la compétition est féroce, il faut toujours aller plus vite que l'autre. J'ai réussi à tenir quelques temps mes promesses envers mon cher Crochet et j'ai mis en vente deux ou trois choses en me disant que je répondrai aux commandes lorsqu'elles arriveraient.
Mais je me suis bercée d'illusions comme on dit et mes travaux de traduction m'ont mis la pression comme jamais. Mes enfants ont commencé à me faire remarqué que je restai trop longtemps sur l'ordi et que j'étais trop "stressée de la vie"et puis j'ai eu une sorte de gros "burn out" avec grosse déprime à la clé.
J'ai pleuré, même beaucoup pleuré.
J'avais ce sentiment terrible de perdre ma vie, perdre un temps précieux pour moi et les enfants, l'impression d'avoir vendu mon âme pour de l'argent. Et puis, j'ai relu la semaine de quatre heures de Tim Ferriss et j'ai compris ou était mon erreur.
Pour vivre ses rêves, il faut aller là où notre cœur est en paix et pour moi, c'est un crochet à la main que je suis sereine. Oui, mais je suis incapable de faire toujours les mêmes choses comme le font celles qui réussissent sur Etsy, j'aime faire toute sorte de choses avec un crochet et je ne peux pas rester enfermée dans une seule catégorie d'articles. Alors j'ai été voir du côté de ceux qui réussissent à vivre de leur passion sur le net et je suis tombé sur un site qui s'appelle "Be paid to exist" = être payé pour exister. Ce "digital nomade explique très bien que nous dépendons de ce qui nous avons à offrir aux autres, que la véritable liberté, c'est de dépendre d'une réponse à une demande concrète. Et en réfléchissant à cette question le plus objectivement possible, je suis très vite arrivée à la conclusion que les fées du crochet ont avant tout besoin de modèles et de technique. Et là, la lumière est apparue! Je dois faire des modèles et les vendre en permettant à toutes celles et ceux qui font du crochet de pouvoir vendre les articles qu'ils ou elles auront fait de leur mains. C'était évident!
Alors, j'ai pris la décision d'arrêter les traductions et de me consacrer à la rédaction de modèles et pour ça, j'ai besoin de votre aide. Je dois savoir exactement ce que vous recherchez, ce que vous aimeriez avoir comme modèle, avec quel genre de fil, etc... J'ai donc réalisé un petit sondage que sera permanent et où vous pourrez répondre comme bon vous semblera à n'importe quelle question, c'est zéro obligation.


Je dois aussi faire un site plus professionnel si je veux que ça marche et je dois donc abandonner ce blog (mais je le laisserai pour que vous puissiez accéder au contenu qui vous intéresse). Je déménage donc mon petit univers vers WordPress et voici donc mon nouveau site:


Je commence tout juste à me familiariser avec la gestion en WordPress, je vous demande donc un peu de temps et d'indulgence pour que je puisse terminer ma nouvelle installation.
En ce qui concerne les modèles, je les mettrai tous en vente sur Etsy et Ravelry puisque le téléchargement est automatique, ce qui me laissera plus de temps pour assurer un SAV de qualité.

Comme promis je vous ai préparé un modèle type pour celles et ceux qui veulent vendre leurs modèles et peut-être que je me servirai de ce blog pour vous y aider, mais je dois d'abord "montrer l'exemple" comme on dit. Je l'ai laissé au format Word et mis ICI. N'hésitez pas à me contacter si vous avez un problème pour le télécharger, je vous l'enverrai par mail.
Pour vous aider vous pouvez également trouver des ressources précieuses (dont une partie en français) sur le site de Craft Yarn Council avec un PDF très complet également sur la rédaction de modèle.

Vous savez, ma passion pour le crochet m'a donné un idéal de vie et un monde à rêver. Ce rêve peut devenir réalité mais sans vous, ce serait peine perdue car c'est grâce à vous que je peux oser croire en ce rêve. (Je pense très fort à toi ma Lulu Fée du Soleil).
Alors merci à vous toutes et j'espère que nous ferons route ensemble pendant de très très nombreuses années et vive le Crochet !


mardi 26 mars 2013

Avant de continuer à vous parler de ma petite robe qui est désormais enfin achevée, il faut absolument que je vous montre cette vidéo qui explique comment faire le  fameux fils Hollandais Hoooked Zpagetti:


La vidéo vient du site Relevé R design et Bao (le designer) a eu la gentillesse de m'autoriser à traduire le tuto:

Fournitures :
1 T-shirt en coton (Pour vraiment en faire un projet de recyclage, utiliser un T-shirt qui ne peut plus être porté ou provenant d’une œuvre de charité. Vous pouvez vous lancer avec 1 T-shirt, mais vous pourrez ajouter plus de T-shirts au fur et à mesure pour obtenir une plus grosse pelote.)
1 règle
1 paire de ciseaux
Un cutter rotatif ou un couteau X-Acto


Comment Faire
Plier votre t-shirt, en ramenant le côté droit du T-shirt, celui le plus proche de vous, vers le côté gauche du T-shirt, celui le plus éloigné de vous.  Ne les ramener pas complètement l’un sur l’autre. Laisser un espace d’environ 5 cm entre les deux.
Bien aplatir le T-shirt le plus possible. Cela n’a pas besoin d’être parfait, mais trop de plis causeront des bandes déchiquetées ou des bords irréguliers.
Couper l’ourlet inférieur.
Couper des bandes d’un peu moins de 4 cm. En commençant à couper depuis le bord droit du T-shirt vers le bas en direction du côté du pli. Noter que les bandes sont toujours attachées, parce qu’on a laissé une marge d’un peu moins de 4 cm entre les côtés droit et gauche du T-shirt.
Continuer à couper le reste des bandes.
Lorsque vous atteignez les manches. Commencer à couper depuis le bord gauche du T-shirt cette fois pour le séparer entièrement de la portion restante.
Ouvrir le T-shirt et insérer votre main à l’intérieur de toutes les boucles. Repérer les encoches droites et celles de gauche.
Couper vers l’encoche gauche diagonalement depuis le bord extérieur.
Maintenant en commençant à partir de l’encoche droite, couper diagonalement vers l’encoche gauche.
Répéter cette étape jusqu’à ce que toutes les encoches gauches soient coupées.
Pour la dernière coupure, commencer depuis l’encoche droite et couper vers le bord extérieur.
Étirer la bande obtenue pour enrouler les bords. Faire attention à ce que les bords s’enroule de façon régulière. Pour en être sûr, dérouler la bande avant de l’étirer.
Étirer le fil de T-shirt une seconde fois en allant dans le sens opposé pour assurer qu’il soit entièrement étiré et recourbé.

Astuces utiles
Cette technique peut également être utilisée avec des sacs plastiques pour faire pour faire du fil recyclé ou du fil plastique, excepté que vous n’aurez pas besoin d’étirer le plastique.
Vous n’êtes pas certain de savoir quoi faire avec ce genre de fil? Voici quelques projets que vous pouvez essayer:=> Voir le site de Bao

 Sinon ce fil qui me fait trop envie (crotte de zut de flûte) est disponible sur Tricotin.com;

Je  ferme cette parenthèse et je reviens à ma petite robe.
Donc, avant de commencer l'étape des finitions et de l'assemblage, il y a une chose tout à fait primordiale à faire si vous voulez rédiger un modèle par la suite: peser votre ouvrage.
De cette façon vous saurez exactement la quantité de fil nécessaire pour réaliser votre projet, et ce, avant de couper un seul fil.
Donc poids avant finitions: 226 g, poids après finitions: 202 g auquel il faudra rajouté la quantité de fil utilisé pour les bordures que je n'ai pas encore faites.

J’ai donc caché tous les fils sur les côtés de la robe mais j'ai laissé tous ceux des manches dont je me suis servi pour faire la couture des manches sur la robe en faisant bien attention de respecter la correspondance des couleurs. Ensuite seulement j'ai terminé de cacher et couper tous les bouts de fil qui dépassent.
Puis j'ai cousu les côtés de la robe avec du fil à coudre et une aiguille afin que ce soit le plus discret possible.
Puis j'ai ajouté une bordure en picots aux manches, au bas de la robe et au col en effectuant deux petites boutonnières afin de resserrer l'ouverture du col mais de façon à laisser la possibilité de garder une large encolure (pour enfiler la robe bien sûr).
Voilà donc le résultat final:





La prochaine étape sera la rédaction du modèle et je vous fournirai un "template", une sorte de gabarit de modèle.
Passez toutes de merveilleuses fêtes de Pâques et pas trop de choco, OK?

Happy Hooking ♥

vendredi 15 mars 2013

Posted by Berry Goblinfly Posted on 07:45 | 4 comments

Création d'une robe en granny étape 2

Désolée d'avoir tant tardé, c'est un des paramètres à prendre en compte quand on se met à son compte, il y a des périodes où rien ne vient et d'autres où on ne sait plus où donner de la tête. Le calme étant revenu, je continue sur ma lancée...nous en étions à l'échantillon qui donnait :

26 mailles soit 7 motifs = 10 cm en largeur
13 rangs = 10 cm en longueur

Avant de se ruer sur son crochet pour commencer véritablement le travail de conception, il va falloir faire un peu de maths. Oubliez tout ce qu'on vous a dit sur la règle de trois et autres embrouilles-méninges du même genre. Pour convertir les mesure de l'échantillon aux dimensions de votre croquis, rien de plus facile mais il faut absolument avoir les données pour 10 cm, si vous avez pour 5 cm vous pouvez multipliez par mais ce sera moins précis.
Nos dimensions sont de bas en haut:
34 cm en largeur
42 cm en hauteur
14 cm en hauteur
25 cm en largeur

Les dimensions en largeur seront converties en nombre de mailles
Les dimensions en hauteur seront converties en nombre de rangs

Si 10 cm donne 26 m, combien donne 34 cm? Tout simplement 3.4 x 26 = 88.4 mailles et j'arrondis toujours, par principe, à la maille supérieure, ce qui donne 89 mailles.
Il suffit donc de diviser par 10 les données en cm qu'on veut convertir et de multiplier par une des données de l'échantillon (selon si on cherche une largeur ou une hauteur= mailles ou rangs).
Donc 34 cm = 89 mailles
42 cm = 4.2 x 13 = 54.6 rangs donc 57 rangs
14 cm = 1.4 x 13 = 18.2 rangs donc 19 rangs
25 cm = 2.5 x 26 = 65 mailles

Si vous n'avez pas de calculette sous la main, notre ami Google est toujours là quand il le faut, mettez l'opération en recherche et comme par magie, une calculatrice apparaîtra! Merci l'ami Google ♥


On pourrait se dire ça y est! Je vais enfin pouvoir commencer...et bah non. Il faut encore vérifier si le nombre de mailles correspond au motif et éviter de galérer sur la chaînette de base. En plus il faut décider du sens du travail, de bas en haut ou de haut en bas? Comme je veux que mes motifs soient "tête en haut", je vais travailler de bas en haut. Il faut donc voir si mes 89 mailles tomberont juste pour mon point en Granny.
Pour mon point, je dois utiliser une chaînette de base multiple de 4+1, je calcule donc:
89 - 1 = 88 : 4 = 22, comme je tombe pas sur un chiffre rond, ma chaînette de base sera de 89 ml
Si je n'avais pas obtenu un chiffre rond par exemple 22.3, je devrais alors arrondir ce chiffre au plus près de l'unité inférieure ou supérieure et calculer 22 x 4 +1 = 89 ml
Je vais enfin pouvoir commencer le travail sur ma chaînette de 89 ml soit 22 motifs Granny.
Dans ma tête je sait déjà comment je vais "construire" ma robe:
1. faire la partie avant en un rectangle de 34 cm x 42 cm
2. faire la partie arrière de la même façon et assembler le dernier rang à la partie avant en respectant les dimensions du schéma, c'est à dire sur (34 - 25= 9, 9 : 2 = 4.5) 4.5 cm de chaque côté
3. faire les manches en demi-cercles en respectant la séquence des couleurs du devant et du dos pour un effet de fondu.

J'aurai aussi pu choisir de travailler en même temps l'avant et l'arrière de la robe en travaillant en rond jusqu’ au niveau des emmanchures mais le "drapé" de la robe n'a rien à voir et moi j'aime cet effet là quitte à prendre un peu plus de temps pour les finitions (tous les fils à cacher!).

Voici donc le résultat:
Et pour les petites manches en demi-cercles, j'ai donc chercher comment travailler en rond sur un motif en granny pour n'avoir par la suite qu'à faire la moitié de ce rond.
La règle mathématiques dit que les brides doivent être augmentées de 12 à chaque tour pour avoir un cercle plat, or chaque motif granny vaut 4 mailles, je dois donc ajouter (12 : 4 = 3) 3 motifs à chaque tour.
Crotte de zut, c'est pas un chiffre pair, et je n'ai pas envie de me casser la tête à augmenter d'1.5 motif à chaque tour pour avoir un demi-cercle. La seule solution est d'augmenter 2 motifs sur tour puis augmenter d'1 seul motif au tour suivant, ce qui fera 3 motifs augmentés sur 2 tours, ce qui, mathématiquement est jouable.
Voici donc la fameuse manche (j'ai bien fait attention de respecter la séquence des couleurs des derniers rangs du dos et du devant de la robe:

La robe est presque terminée, il ne reste plus qu'à assembler les différentes pièces mais ce sera l'objet du prochain épisode...

Allez, hop, à vos crochets et Happy Hooking!


PS, ne vous inquiétez pas si le blog a des bugs, je change de thème, il commence à faire vieillot celui-ci!

vendredi 1 mars 2013

Posted by Berry Goblinfly Posted on 08:51 | 2 comments

Création d'une petite robe Granny pas à pas

Le printemps sera multicolore, donc le printemps sera Granny.
Le carré Granny ou Granny square est le plus célèbre des carrés mais le Granny est un point à part en tiers et qui convient parfaitement, avec le Chevron, aux ouvrages multicolores.
J'ai pensé que vous aimeriez voir tout le processus allant de l'idée à la mise en vente d'un modèle.
Je vous propose donc de me suivre dans cette petite aventure et pourquoi pas de réaliser cette petite robe avec moi.
Si les modèles de vêtements pour enfant sont légion en tricot, on est très loin du compte concernant le  crochet. J'ai donc choisi de faire une petite robe super simple en 2 ans, qui sera ensuite décliné en 4, 6 et 8 ans, mais on verra tout ça en temps voulu.

Première chose, poser sur le papier(un cahier A4 à petits carreaux est parfait) le projet par un petit croquis avec les mesures nécessaires:


Mon bébouille d'amour n'ayant que 15 mois, je calcule les dimensions d'une robe en 2 ans en fouillant dans mes catalogues de tricot et en utilisant les tableaux de mensuration de Burda, histoire d'être sûre et ce qui me servira pour les changements de taille.

Deuxième chose, le choix du fil et du point.
Il faut trouver un fil qui se décline en plusieurs couleurs "tape à l'oeil" et même si les couleurs du CHEOPE d'Adrafil me laisse rêveuse, j'ai tout plein d'AMBRE de chez Cheval Blanc qui ne demande qu'à être travaillé.

En ce qui concerne le point, ce sera le Granny qui se réalise de la manière suivante:(ici jen e travaille que sur l'endroit puisque je change de fil à chaque rang)
chaînette de base multiple de 4+1, se travaille sur deux rangs
1er rang: 3 ml (comptent pour la 1re b)+ 1 b sur la 4e ml depuis le crochet, *1 ml sauter 3 ml, 3 b sur la ml suivante, répéter depuis * jusqu'à ce qu'il reste 4 ml, 1 ml, sauter 3 ml, 2 b sur la dernière ml.  
Arrêter le fil, changer de couleur et joindre le nouveau fil en haut des 3 ml du début du 1er rang, puis:
2e rang: 3 ml (comptent pour la 1re b), *3 b dans l'arceau d'1 ml suivant, sauter 3 b, 1 ml, répéter depuis * tout le long jusqu'à ce qu'il reste 1 ml et 2 b, 3 b dans le dernier arceau d'1 ml, 1 b sur la dernière b.

Voici un petit schéma pour celles qui préfèrent:

Choisir le crochet qui correspond à votre fil et à votre projet, si le projet doit avoir un certain drapé, prenez un crochet un peu plus gros que celui mentionné sur la bande étiquette de votre fil, et au contraire, si vous avez besoin d'un maillage soutenu et pas trop leste, prenez un crochet un peu plus petit.
Moi, j'ai pris un 3 mm, ce qui correspond tout à fait à mon fil.

On passe donc à l'élément clé de toute création, l'échantillon qui nous permettra de convertir nos mesures en nombre de mailles et de rangs.
Il faut donc faire un empiècement carré d'un peu plus de 10 cm.
Commencer par faire une chaînette de base qui mesure un peu plus de 10 cm en comptant de 4 en 4 et en ajoutant une dernière ml pour obtenir un multiple de 4 +1, puis travailler en Granny jusqu’à avoir une hauteur d'un peu plus de 10 cm.
Prenez un mètre ruban ou une règle et notez vos mesures en nombre de mailles et de rangs.
J'ai obtenu:
28 mailles soit 7 motifs = 10 cm en largeur
13 rangs = 10 cm en longueur


Surtout, prenez soin de tout noter dans votre cahier de création, sans oublier de scotcher la bande étiquette d'une des pelotes avec un bout de fil. Toutes ces données seront utiles lors de la rédaction du modèle. 

C'est pas le tout, ma petite dame, mais je dois retourner à mes traductions...la suite au prochain numéro et en attendant le printemps...

Happy Hooking!



samedi 16 février 2013

Posted by Berry Goblinfly Posted on 14:59 | 3 comments

Quitter son job pour faire du crochet, elle l'a fait!

Nous sommes très nombreuses à rêver de pouvoir quitter un boulot "alimentaire" pour vivre de notre passion. Je vais vous raconter l'histoire 100% véridique d'une jeune femme qui a réussi à quitter son job pour faire du crochet son métier. Voici la traduction de son interview sur Etsy:



Parlez-nous de votre boutique et de l’idée qu’il y a derrière.
Midwest Crochet a commencé viscéralement. D’aussi loin que je me souvienne, Je me suis toujours occupée les mains avec un crochet. À l’origine ma boutique s’appelait “Crochet Concepts" parce que j’aime son allitération, mais lorsque les ventes ont commencé à décoller, un ami m’a suggéré le nom de “Midwest Crochet” comme un jeu avec mes initiales — MC. Je l’aime beaucoup — C’est comme s’il me représentait non seulement moi mais également l’aspect cosy et chaud des articles que je crée.

Parlez-nous de votre situation professionnelle précédente et comment vous avez découvert Etsy.
Pendant de nombreuses années, j’ai travaillé dans la production pour la télévision et l’évènementiel en direct. Lorsque nous avons déménagé dans l’Illinois, j’ai décidé de ralentir un peu et j’ai pris un emploi de téléconseillère dans une centrale d’appel d’assistance. C’était proche de mon domicile, une bonne rémunération et tout ce que la plupart des gens attentes d’un bon boulot, mais je n’étais pas satisfaite. J’ai donc pris les horaires de nuit et je faisais passer le temps, entre deux appels, en crochetant les bonnets et des écharpes parmi d’autres créations. J’ai commencé à vendre mes ouvrages à des collègues, puis le bruit s’est répandu dans toute la ville et sur les lieux de travail de mon mari. En un rien de temps, je faisais du business ! J’ai donc pris la décision d’officialiser la chose et je me suis enregistré comme telle auprès des autorités, et c’était fait : Midwest Crochet était né.
Lorsque mon mari m’a suggéré de vendre en ligne, je ne savais pas du tout par où commencé. Puis je me suis souvenue — J’avais acheté des articles sur Etsy. J’ai ouvert une boutique et fais ma première vente en moins de 2 jours. Je n’arrivais pas à croire que des gens vivant très loin d’ici pouvaient acheter mes créations. C’était tellement soudain.
J’ai toujours voulu vendre mes modèles également, mais je ne savais pas vraiment comment faire la mise en page d’un modèle. Un jour, j’ai brièvement fais un pas en dehors de ma zone de confort et j’ai contacté The Crochet Dude, un artisan du crochet très célèbre. J’étais ravie (mais un peu surprise) lorsqu’il m’a généreusement appris comment développé mes idées et mes créations improvisées en modèles pour mes clients. À la suite de quoi, ma deuxième boutique, Crochet By Michele, vit le jour. Je suis en train de transformer des années de prises de notes, d’idées de création et d’ouvrages improvisés en modèles modernes et c’est fabuleux.

Tous les objets artisanaux que vous trouverez dans mon bureau ont été achetés sur Etsy, dans une boutique qui s’appelle VibrantShadowsArt et elle a taillé à la main tous ces objets pour moi.

Par quelles étapes êtes-vous passée pour préparer votre transition à un travail à plein temps pour votre boutique sur Etsy ?
Je crois qu’il est très important d’avoir un business plan. De cette façon vous ferez un solide investissement mais vous aurez également un plan d’action pour vous développer. Je trouve que cela permets aussi de prévenir tout incident ou piège financier éventuel en planifiant toutes les dépenses qui peuvent être prévisibles et cela aide vraiment lorsque certaines décisions doivent être prises.
Alors je prends des notes. Je fais des listes. Des tonnes de listes. Des listes de tout ce dont je peux avoir besoin en termes d’inventaire. Un budget pour tout ce que le fonctionnement de ma boutique me coûte et ce dont j’aurai besoin pour vendre. J’appelle cela un business plan, mais c’est en fait beaucoup de listes. J’ai parlé avec de nombreux autres vendeurs sur Etsy sur l’art et la manière d’avoir du succès et quels conseils ils auraient à offrir. J’ai aussi lu les blogs d’Etsy et participé aux Online Labs pour rassembler toutes les informations dont je pourrai avoir besoin. J’ai lu de nombreux articles concernant le fonctionnement d’un business sur internet. J’ai même envisagé d’ouvrir une petite boutique pour vendre en local et avoir un pied-à terre concret. Mais plus je fais des listes, et plus j’y pense, plus je me rends compte qu’Etsy et mon développement en ligne représente une bonne voie pour moi. Alors c’est ce que je fais et je suis débordée !
Avoir une mentalité de femme d’affaire m’a beaucoup aidé à me préparer à travailler à plein temps. C’est arrivé plus vite que je ne pensais, pour être honnête. J’avais espéré en mon fort intérieur qu’en 5 ans je pourrai en faire mon véritable métier, même en étant saisonnier. En ce mois de Novembre, ne sera le 2e anniversaire de ma boutique. Je suis en avance sur mon calendrier et j’adore ça.
Qu’est-ce que vous préférez faire dans le processus du crochet ?
Je suis sans aucun doute une drogué des fils à tricoter. J’aime les sensations liées au toucher de la laine et à ses innombrables textures. Pour moi, la meilleure part de ce processus est de découvrir tout ce que je peux faire en jouant sur les textures. Nous avons changé de maison pour une plus grande il y a deux ans et j’ai pu consacrer une pièce entière au stockage de mes fils et à un atelier. Mon stock débordait de mon ancienne maison.

Ma partie préférée dans notre nouvelle maison est celle-ci. Ma fenêtre donne sur un lac à l’arrière de notre maison et j’ai enfin réussi à organisé tous mes fils pour les utiliser et préparer les commandes.

Quelles sont vos meilleures astuces marketing ?
  • Je pense que vous devez avoir la volonté de faire sa place. Appelez ça l’importance d’être insensé. Vous aurez besoin de beaucoup de volonté pour dépasser les limites de votre travail.
  • Il y a tant de méthodes pour se faire de la promotion gratuitement : Facebook, Pinterest, Wanelo, Tumblr, Stumbleupon… c’est sans fin. Je les trouve d’autant plus efficaces quand je m’implique. Suivez des blogs qui vous intéressent et participez. À chaque fois que vous laisserez un commentaire, incluez un lien vers votre boutique quand c’est permis. Faites toujours preuve de personnalité et allez vers les autres membres de votre communauté selon votre art/loisir.
  • C’est un business, et même s’il est basé sur la toile, n’ayez pas peur d’en faire quelque chose de personnel. Quand j’étais enfant, nous allions toujours à la même pizzéria en bas de la rue et le même café à NYC [New York City. Les gens me reconnaissaient et je les reconnaissais. Tandis que la toile du net s’ouvre sur le monde comme une grande place de marché, cela vous éloigne également des relations de voisinage. Je veux avoir de telles relations avec mes clients et mes fournisseurs. Alors qu’il est important de se développer et d’obtenir de nouveau clients, vous aurez besoin de construire une affaire durable à long terme.
Quel a été votre article le plus populaire jusqu’à ce jour ?
Mes « Slouchy Hats », qui sont très amusants et sont le résultat d’une grosse erreur. Je voulais me faire un sac mais j’ai perdu le compte de mes mailles. (Compter les mailles est la dernière des choses que j’aime faire) je n’ai toujours pas fait ce sac mais j’ai fait beaucoup de bonnets voûtés !

Avez-vous fait des erreurs en affaire que vous regrettées ?
Oui. Je me suis fait avoir par une personne qui se présentait comme écrivain et expert en publicité— elle ne l’était pas. Si j’avais fait mes devoirs et que j’avais écouté mon instinct, je n’aurai pas donné suite, mais j’ai laissé mon excitation prendre le meilleur de moi-même et me suis laissé dépossédée de plusieurs centaines de dollars.
Il y a très longtemps, j’ai lu un livre intitulé Failing Forward (Tomber et se relever) qui a changé ma façon de voir mes erreurs et mes faux pas. Ce sont pour moi des opportunités pour apprendre et appréhender les choses différemment. Cet épisode en particulier fut une pénible et coûteuse leçon, mais cela m’a permis de me recentrer, de me repenser et j’ai finalement été gagnante d’une toute autre façon.
Quel est le plus grand challenge que vous devez affronter dans votre organisation au quotidien ?
Parfois, c’est un challenge de laisser la part de passion de côté pour se focaliser sur l’aspect business. Il n’y a jamais assez d’heures dans une journée pour tout ce que j’aimerai accomplir.
Aussi, j’ai de la polyarthrite rhumatoïde et de la fibromyalgie. Il y a des moments quand je souffre beaucoup, ça devient difficile de respecter son planning quotidien. Ce sont des moments où j’ai besoin d’être pragmatique par rapport à ma boutique et réaliste vis-à-vis de moi-même. C’est un défi quand je voudrai faire des bonnets et des écharpes tout au long de la journée mais que je ne peux physiquement pas.
Qu’est-ce qui est le plus dur dans le fonctionnement de sa propre affaire ?
Pour moi, ce qui est le plus difficile dans le fait d’avoir sa propre affaire c’est que, parfois, j’oublie que c’est du business. J’aime faire du crochet et adore créer de nouvelles choses. Parfois, je voudrai juste me perdre dans mes fils et confectionner des choses. Aussi, au lieu de travailler 40 heures par semaines pour quelqu’un d’autre, j’arrive souvent à 60-80 heures de travail pour moi-même. Mais la récompense est d’autant plus grande que chaque minute en vaut la peine.

Voici le studio photo que j’ai mis en place chez moi pour les prises de vue. C’est en fait un simple drap que j’utilise comme fond vert pour éditer mes photos avec un logiciel.

Quelle est la chose la plus excitante en vendant vos créations sur Etsy ?
Il y en a tant ! J’ai développé des relations formidables avec la communauté d’Etsy. Mon entreprise a prospéré et grandi. Mes ouvrages ont été portés par des célébrités de la télévision. Je crois que c’est, jusqu’à présent, ce qui a été le plus excitant. C’est plutôt cool de voir son travail reconnu et plébiscité par des gens connus. Mais c’est tout aussi incroyable que la première fois qu’un client m’a envoyé une photo de satisfaction.
Le fait de vivre dans une petite ville et de vendre du fait main, limite considérablement les ressources que je peux utiliser pour le développement de mon entreprise. Une chose encore qui est vraiment des plus excitantes est qu’Etsy vous permet d’interagir avec d’autres personnes qui elles aussi se sont lancé dans le business du fait main. J’ai commencé une petite équipe dans les groupes d’Etsy pour parler affaire et cela m’apporte tellement de joie d’avoir ce soutien-là.
Quel conseil donneriez-vous à une personne qui voudrait suivre la même voie ?
Suivre son cœur, réfléchir, prendre des risques, et croire en son instinct. Je crois que cela résume bien tout ce qui m’a porté jusqu’ici. Aussi, je crois que la chose la plus importante que j’ai apprise, c’est de considérer chaque chose comme une opportunité.
J’ai appris que la clef pour relayer une information en terme de marketing c’est de le faire à petites doses. En tant qu’acheteur, quand vous vous sentez dépassé, vous changez d’air, non ? Je sais que pour moi c’est le cas, et les études de marché montrent que le monde actuel emplie de cette satisfaction instantanée et de cette rapidité électronique, les gens vont vite et un surplus d’informations peut signifier la perte d’une vente. Mais pour autant, nous voulons que nos clients soient informés et participent.
En utilisant chacun des outils qu’Etsy met à notre disposition, vous pouvez impliquez vos clients et leur donner des brides d’informations tout en leur offrant l’occasion de visiter votre boutique. Le but ultime étant d’amener les gens dans votre boutique pour qu’ils achètent vos articles.
Les bannières de boutique,  vos profils, Avatars, message de bienvenue et la FAQ dans les conditions de vente, les annonces de promotions, et les différentes pages vous concernant sont autant d’opportunité de faire des affaires et de bâtir votre identité sur le marché du fait-main. Cela vous aidera également à légitimer votre présence sur le web. C’est un excellent outil marketing que d’atteindre les média, les bloggeurs et la presse comme de faire des partenariats avec d’autres vendeurs. Bâtir ma propre marque et faire des affaires grâce à la renommée d’Etsy est une chose que je considère comme un atout énorme. En regardant tout ça comme autant d’opportunités, je peux penser à ce qui sera le mieux pour mes propres objectifs à longs termes.

Autre chose que vous souhaiteriez partager avec nous ?
J’ai vraiment été bénie depuis le début de ma petite entreprise. Cela demande de travailler dur mais c’est faisable — j’en suis la preuve vivante. Je voudrai remercier Etsy pas seulement pour la plate-forme qui me permet de vendre mes articles, mais aussi pour son soutien envers les petites entreprises et son ambiance autour du fait main qui font définitivement partie de mon succès et de loin !
Merci d’avoir partagé avec nous votre histoire, Michele. N’hésitez pas à visiter sa boutique.






 Quels sont les principaux points à retenir de cette belle histoire?
Tout d'abord, le fait de considérer une telle démarche comme un business à part entière avec un business plan digne de ce nom. De plus, ce sera un passage obligée si vous voulez obtenir un financement que ce soit d'une banque ou de l'ADIE ou même votre famille qui ne pourra alors que prendre au sérieux votre projet. 
Lorsque j'avais monté mon atelier, j'avais réalisé ce business plan grâce aux conseils, informations et outils en ligne de l'APCE que je vous recommande vraiment si vous voulez vous lancer.

Ensuite, je trouve intéressant d'analyser un peu sa boutique. Vous serez d'accord avec moi que ses articles ne sont pas les créations du siècle mais elle a su rester dans un créneau bonnets/écharpes qu'elle a décliné dans différents coloris et versions. Elle a 156 articles en vente, donc un gros volume d'articles en stock, elle ne se décourage pas si elle ne vend pas de suite sa dernière création (pas comme moi!). Ses prix sont accessibles, d'où l'importance de bien choisir son fournisseur avant de se lancer et pouvoir ainsi définir le coût réel d'un ouvrage.

Elle a 100% de satisfaction sur 373 évaluations et elle a fait 547 ventes depuis le 13 Novembre 2010 uniquement sur ses articles fait main, je ne parle pas de sa boutique de modèles en plus! C'est plutôt pas mal.

La première chose qui m'a frappé en voyant sa boutique, c'est la simplicité de ses ouvrages, une débutante peut en faire autant. Simplicité, le maître-mot. Pour une inconditionnelle de Dominique Loreau comme moi, pourquoi ne pas y avoir pensé plus tôt? 

J'espère que ma petite traduction vous aura aidé à vous motiver pour faire de votre passion pour le crochet une opportunité dans votre vie et vous souhaite

Happy Hooking ♥♥♥